450-651-0125 admin@antre-temps.org

La ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et députée de Taillon, madame Marie Malavoy, a accordé aujourd’hui au nom de la ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse, madame Véronique Hivon, une aide financière de 7000 $ à l’organisme L’Antre-Temps Longueuil pour la mise sur pied d’un projet expérimental de Répit de vie.

« C’est avec joie que je remets cette aide financière au nom de ma collègue à un organisme de ma circonscription, L’Antre-Temps Longueuil, qui vient en aide aux jeunes de la Rive-Sud depuis maintenant 28 ans. C’est avec des gestes concrets comme celui-ci que nous ferons une réelle différence dans la vie de ces jeunes », a déclaré madame Malavoy.

L’Antre-Temps Longueuil œuvre auprès des jeunes sans-abri ou à risque de l’être, des garçons et filles en difficulté âgés de 16 à 21 ans. Ces jeunes, pressés par la situation de survie et d’urgence dans laquelle ils se trouvent, se lancent souvent dans plusieurs directions à la fois, tentent de tout régler sans avoir pu prendre le temps de s’arrêter et de réfléchir à ce qu’ils veulent réellement faire, et finissent par vivre d’autres échecs qui s’accumulent à ceux vécus par le passé, leur renvoyant l’image de bon à rien qu’ils ont trop souvent intégrée.

Ce projet expérimental Répit de vie se veut un moment où le temps se suspend un peu et permet au jeune un véritable temps d’arrêt. Accompagné par des intervenants, il pourra réfléchir à qui il est, à ce qui est réellement important pour lui, à ce qu’il veut faire de sa vie et comment il peut y arriver.

La directrice générale de L’Antre-Temps Longueuil, Sonia Langlois, a précisé : « Nous croyons fermement qu’un tel temps d’arrêt sera extrêmement positif dans le processus de réinsertion des jeunes que nous accompagnons : si le jeune se rapproche de lui-même et que les objectifs de séjour qu’il se fixe correspondent mieux à ce qu’il veut réellement, et non à ce qu’il croit que les gens attendent de lui – parents, intervenants, groupe d’amis, etc., les chances de vivre du succès dans sa démarche de réinsertion sociale et que celle-ci soit durable en sont grandement améliorées ».

Share This