Des dizaines de personnes se sont réunies au restaurant L’Ancêtre pour célébrer le 15e anniversaire de la Table Itinérance Rive-Sud.

Les partenaires du milieu institutionnel, communautaire et politique se sont réunis le 15 novembre pour souligner le 15e anniversaire de la Table Itinérance Rive-Sud (TIRS). La TIRS a pour mission de favoriser la concertation des organismes de l’agglomération de Longueuil qui travaillent à trouver des solutions concrètes au phénomène de l’itinérance.

Coordonnateur de la TIRS depuis plusieurs années, Marco Carpinteyro estime que «le regroupement a été consolidé» au cours des dernières années. «Il y a eu des hauts et des bas et ça n’a pas toujours été facile, avoue M. Carpinteyro. Mais depuis quelque temps, ça va extrêmement bien.» Depuis ses débuts, la TIRS a mis en place plusieurs projets pour trouver des solutions à l’itinérance, dont le journal L’Itinéraire, vendu à Longueuil; l’Abri Postal, qui permet à des personnes sans domicile fixe de recevoir leur courrier à une adresse fixe; ainsi qu’un projet intégré pour aider les personnes à se trouver un domicile et le conserver. «Nous avons développé des projets concrets multisectoriels, estime le coordonnateur. Nous parlions beaucoup de l’itinérance, mais nous axons de plus en plus nos interventions vers la pauvreté et la prévention puisque l’objectif est que l’individu ne soit pas en situation d’itinérance.»

Hommage

Lors de l’événement 4@7 pour souligner le 15e anniversaire, la présidente Sonia Langlois a pris un moment pour remercier huit représentants de la Table qui siègent depuis les tous débuts. «Ce sont des membres qui représentent des organismes depuis 2002 et ils sont toujours-là», précise M. Carpinteyro.

Nuit des sans-abri

La 19e Nuit des sans-abri s’est déroulée le 20 octobre au parc St.Mark.

La Nuit des sans-abri de la Rive-Sud est aussi un événement géré par la TIRS. Cette année, près de 500 personnes ont participé à cette activité de sensibilisation.

«Il y a de plus en plus d’écoles secondaires qui prennent part à l’événement et qui sont sensibilisées à la pauvreté et l’itinérance, explique Marco Carpinteyro. Encore une fois, ç’a été très festif. Nous voulons rendre cet événement positif, même si l’itinérance est un phénomène négatif et très complexe.» Marco Carpinteyro croit d’ailleurs que c’est la meilleure façon de sensibiliser la population. «La façon la plus facile de faire passer le message est de rendre ça agréable», conclut-il.

 

Share This